Accueil > Carnet de bord > Prise en main > les cons de carneau

les cons de carneau

mercredi 25 mai 2011

Il est presque 16h30, je viens de tirer quelques bords depuis Benodet - Ste Marine, où j’avais rejoins l’avant veille Eric d’Ovento. J’avais d’abord pensé aller à Audierne, le port au sein du village est paraît il charmant, mais il faut y arriver de préférence 3h avant ou après la marée haute, et ça ne pouvait pas coller. Du coup, je me suis rabattu sur Concarneau, que je ne me souviens pas connaître.

Quittant Bénodet, je hisse la grand voile avec un ris, pour tester quelques réglages, voir comment je peux aplatir au maximum cette grand voile qui, elle aussi, me paraît avoir un peu été coupée avec les pieds - ou en tout cas, non vérifiée ensuite "en situation". Je fais deux trois tests, de bordure plus ou moins bordée, de hale-bas plus ou moins souqué, j’arrive à un résultat satisfaisant, et je finis par renvoyer l’intégralité de la grand voile, avec le vent qui baisse.

Finalement en route directe sur le chenal d’entrée du port, je prépare le bateau, les pare-battages, les amarres, tout est prêt pour un amarrage en douceur sur le catway.

Je me faufile derrière un gros cul qui bouche sacrément le passage, à la première place du ponton visiteur, juste le temps d’apercevoir une place libre juste après lui. J’arrondis, lentement, l’arrière et le portique passent nickel, je me présente bien, c’est bien. Je freine largement le bateau, qui garde un peu d’erre cependant, je saute à terre et choppe l’amarre fixée au maître bau, je l’attache au taquet. Croyant bien faire, j’attrape l’amarre arrière, solidement fixée au taquet aussi … juste pour voir l’avant, sous le coup d’une rafale, commencer une rotation.

Impossible déjà de rattraper l’amarre avant, qui est hors de portée, et le bateau se met à 90°. Il ne me reste plus, dans l’urgence, qu’à défaire les deux taquets, et remonter sur le bateau. Gros coup de marche arrière pour tenter de maitriser la chose, et puis je repars en marche avant, histoire de faire un grand tour dans le chenal avant de retenter le coup.

Je me présente de nouveau, même approche propre, et cette fois, après avoir fixé l’amarre centrale, je me saisis immédiatement de l’amarre avant, que j’assure. Cette fois ci, le bateau est attaché, j’ai le temps de bien l’amarrer.

Je suis hors de moi. En bout de ponton, 3 personnes sur un bateau en moteur, qui m’ont vu arriver. Ils n’avait que 5 mètres à faire pour donner un coup de main. De l’autre côté du ponton, deux bateaux sur lesquels s’affaire 4 ou 5 personnes. En face, deux anglais, qui travaillent sur le pont de leur bateau. Personne n’a bougé, ni la première fois, ni après que j’ai copieusement juré et gueulé quand j’ai loupé mon premier amarrage.

Je sais, @Mme1Marge me l’a assez répété, pas de raison qu’il y ait moins de cons sur l’eau, ou au port. Mais en la matière, Concarneau et son port en tenaient un bon bout, au moins dix sur quelques mètres linéaires.

Vos commentaires

  • Le 25 mai 2011 à 19:26, par GUY En réponse à : les cons de carneau

    Si les cons étaient concentrés chez Arneau, çà se saurait !
    L’expérience montre qu’il existe un quota "glaouch" (les Anglais)
    J’espère que ton bateau n’est pas abîmé, ce qui est le principal.

  • Le 25 mai 2011 à 20:05, par Marge En réponse à : les cons de carneau

    Rhôôô ! Le vilain hypocrite !

    Tout un post à nous faire croire qu’il s’agit de parler des cons de bord de mer... alors que ce message a pour seul but d’étaler le savoir-faire du capitaine. Et je suis le Roi des réglages de voile, je n’oublie aucun contrôle sur la GV et je vous en fais la liste... Et je suis le Roi des manœuvres de port, à l’envers, à l’endroit, sans les mains, malgré les cons, etc.

    Un peu de retenue, que diable !

    Surtout que tu as censuré la conclusion (merci à Guy de l’avoir signalé) : sans les mains et sans les dents, d’accord... mais sans éraflures ?

  • Le 25 mai 2011 à 23:52, par henri En réponse à : les cons de carneau

    @guy : oui heureusement les catways de Concarneau sont protégés par du plastique … parce qu’évidemment pour contredire Marge (nanmé), je n’avais pas de pare-batt’ bien placé

    @marge : au fait … en cas de départ au lof, j’ai eu la réponse : on lâche d’abord le hâle-bas de la GV, son écoute ensuite

  • Le 25 mai 2011 à 23:54, par henri En réponse à : les cons de carneau

    @marge : et si j’avais *vraiment* voulu étaler mon savoir-faire (!!), j’aurais précisé que j’avais fait ça dans le demi-mille du chenal d’accès … alors que bien sûr, je me suis préparé sur le dernier mile et demi :)

  • Le 26 mai 2011 à 12:20, par Gabriel de Laboulaye En réponse à : les cons de carneau

    c’est un peu pessimiste tout ça, à chaque fois qu’on entend parler d’un être humain qui n’est pas sur le bateau, il t’a regardé te démerder tout seul... rassure moi, sur la mer et dans les ports, il y a quand même des gens bien ?

  • Le 26 mai 2011 à 12:21, par Gabriel de Laboulaye En réponse à : les cons de carneau

    PS : et je ne sais pas ce qui me vaut ce superbe logo :)

  • Le 27 mai 2011 à 09:44, par henri En réponse à : les cons de carneau

    @gab : heureusement, s’il n’y en a pas moins qu’à terre, il n’y en a pas plus non plus :-) Tout juste les remarque-t-on un peu plus, dans un milieu où je ne me fais pas à l’idée de les retrouver :)

  • Le 31 mai 2011 à 20:47, par Tranquila En réponse à : les cons de carneau

    Bon qu’en on merde on merde... Peut importe de s’emporter contre les cons d’ici ou d’ailleurs cela fait monter le stress et on merde encore plus ... Finalement tu t’en es bien tiré, tu t’es bien démerdé :=).
    Mais c’est bien si des mains amis viennent aider.
    La question que je me pose toujours : "Comment aurais-je réagi si j’étais sur un bateau te voyant arriver ? A temps ? Avec retard ? Jamais car ma bouffe commencée à bruler ?"
    J’espère que maintenant tu es bien amarré. Bonne navigation.

  • Le 31 mai 2011 à 21:21, par jolly roger En réponse à : les cons de carneau

    si le bateau était amarré au maître beau et à l’arrière, comment a-t-il pu se mettre à 90° du ponton ??
    l’amarre centrale a du lacher, et donc être mal amarrée... non ?

    quant au manque d’aide de la part des gens du ponton, ce phénomène est devenu international, donc les cons de Carneau ne sont pas les seuls.....

  • Le 31 mai 2011 à 23:52, par henri En réponse à : les cons de carneau

    @jolly roger : je ne recopie pas la réponse, elle n’a pas changé :-) [http://bel-ami.me/Le-projects-est-tanke#comment115]

    @Tranquila : j’ai encore quelques restes de sanguinité, qui me font jurer parfois plus que de raison ;-) cela dit, j’avais avant tout l’occasion d’un beau billet, avec le nom du port, je n’allais pas m’en priver non plus ;-)
    Et au deuxième essai, et ensuite, bien amarré oui, je commence à maîtriser raisonnablement :)

  • Le 6 juin 2011 à 22:18, par Laure En réponse à : les cons de carneau

    Bon, je crois que c’est bon signe, je ne comprends plus rien à ce que tu dis à la première lecture :)
    J’ai compris que t’avais galéré, j’ai compris que PERSONNE n’avait réagit pour te donner un coup de main et j’ai compris que tu t’en étais finalement bien sorti TOUT SEUL, ce qui est encore bon signe non ?
    Pour le reste, il faut que j’achète un dico u que j’assume de ne rien comprendre car finalement, c’est pas grave, c’est Luther qui sautera dans tous les sens en suivant tes ordres dans ce genre de situation mais pas moi ;)

    Plein de bisoux