Accueil > Carnet de bord > Le voyage : Atlantique > Trop tôt, trop tard

Trop tôt, trop tard

lundi 7 novembre 2011

Me voilà donc parti, cet après midi, de la Gomera, l’île que j’ai – de loin – préféré, la plus douce, la plus vivante. Les montagnes sont moins grandioses qu’à La Palma, mais moins encaissés, moins étouffants aussi. Et San Sebastian est pleine de vie, en journée comme le soir, faisant passer Santa Cruz pour une ville morte.

Le tour de l’île est vite fait, celui du port aussi. Curieusement, peu de contacts noués, quelques bateaux connus retrouvés (Nemo, 3 gouttes), alors que la grande majorité fait peu ou prou le même voyage. Même si la vie y est douce, je commençais à regarder sérieusement la météo pour la traversée vers le Cap Vert, puisque j’y retrouve M. et O. le 18.

Le départ s’est décidé rapidement ce WE, face à un anticyclone brusquement apparu dans les fichiers météo, positionné en plein sur les Canaries. Il me restait quelques avitaillements à faire, m’empêchant un départ hier dimanche ; et c’est bien dommage car le peu de vent annoncé sur les gribs (les fichiers de météo) n’est même pas présent, entre 0 et 2 noeuds : je suis au moteur depuis une dizaine d’heure, et probablement pour autant à venir. Et si le retour du vent est annoncé pour Jeudi, je ne voulais pas prendre le risque de voir les prévisions se décaler et me faire louper mon rendez-vous là bas.

J’ai aperçu – de loin – mes premiers globicéphales, qui dormaient visiblement. Apparemment, c’est classique dans le chenal qui sépare la Gomera de Teneriffe. Et je longe en ce moment l’ile d’El Hierro, dont vous aurez peut être entendu parler pour le volcan sous-marin qui est en éruption depuis plusieurs jours, et dont le cône se rapproche de la surface : je loupe à peu de temps près le spectacle !

Me voilà parti pour la plus longue traversée jamais effectuée à ce jour (je sais, je dis ça presque à chaque fois). Comme me le disait Eric, à chaque nouvelle traversée la foulée s’allonge. La mer est belle, la lune est pleine, seul le ronron du diesel vient tempérer le plaisir des sens.


Vos commentaires

  • Le 9 novembre 2011 à 08:11, par Fab’ En réponse à : Trop tôt, trop tard

    Il va falloir que tu nous mettes un lexique : ce sont quoi les globicéphales ?

  • Le 10 novembre 2011 à 00:49, par rouquette En réponse à : Trop tôt, trop tard

    Des cerveaux nourris au globiboulga. Des gens qui regardent TF1. Meuh nan ! Ce sont des baleines ! Pas de photos capitaine ? Comment je fais pour me régaler ? ;o))