Accueil > Carnet de bord > Le voyage : en Europe > Tranches de quai

Tranches de quai

samedi 8 octobre 2011

Amel 64, illumination d’un soir

La marina s’est remplie d’un seul coup. En deux après midi, ce n’était plus la petite assemblée de voiliers pépères, petites familles partant pour un tour de l’atlantique plus ou moins rapide avec un budget parfois limite. Non, là c’est du sérieux : lagoon 45, northwind 47, alliage 51, dufour 52, amel 52 (plusieurs), sun odyssey 57, voire le dernier bébé du chantier rochelais, l’amel 64 (20 mètres, quand même !), tous participants au Rallye des Iles du Soleil. 16 ou 17 bateaux qui partiront dans quelques semaines, et commencent à faire leur nid à l’avance, on est jamais trop prudent. Comme nous le glissera l’une des participante, au demeurant très gentille, à l’occasion d’un apéro : “c’est sympa, on se retrouve entre nous, finalement, des entrepreneurs qui ont réussi. On a les mêmes valeurs”.

Ce qui reste de place est occupé par les voiliers locaux, tous ceux qui viennent de la marina de Funchal, la capitale, fermée pour la quinzaine pour cause d’accueil des participants de la mini-transat 6.50.

Ceux là, c’est autre chose. Une course transatlantique en solitaire, entre La Rochelle et Salvador de Bahia (Brésil), sur des bateaux de 6m50 de long. Autant dire que bel ami, avec ses 10m50, fait figure de yacht, en comparaison ! Ils sont tous rangés en rang d’oignon dans la baie, pavois hissé, ils ont une gueule folle.

Ils sont arrivés depuis quelques jours à peine, certains travaillent sur leur drôle d’engin, d’autres profitent de la visite de copine, amis, famille. Comme celui-là, dont nous regardons le bateau du haut du quai, admiratif des solutions retenues pour être le plus efficace, et à discuter de points de détails. Et voilà son proprio, et ses parents, qui engagent la conversation avec nous, nous donnent des réponses, des explications, et nous invitent à monter à bord … Nous minaudons un peu, pour la forme, et puis hop, c’est la visite, pas groupée puisqu’il n’y a pas la place, mais à la chaîne.

C’est quand même fou, le skipper - un air de gamin, mais déjà 27 ans et officier de la marine marchande - qui doit avoir autre chose à foutre (ne serait-ce que profiter de sa famille) qui passe une bonne heure avec nous, à nous parler de sa course, sur le plan technique mais humain aussi, son organisation, son budget …
Brendan court pour une association en plus, sans budget si ce n’est ce qu’il arrive à mettre de côté, et s’en tire plutôt bien en plus ! Un enthousiasme, un sourire non dissimulé, un regard franc, qui font plaisir à voir, un pti mec sympa comme tout en plus d’être charmant. Et une disponibilité à toute épreuve … Chapeau !

Retour à la marina, la nuit s’annonce, la dernière à Madère, cette fois est la bonne. Je pars demain matin, j’ai envie de retrouver la mer, surtout dans ces conditions, un vent agréable, de travers, des conditions pas rencontrées depuis un bail.

Prochain arrêt, dans 2 jours environ : Graciosa, le plus beau mouillage des Canaries, paraît-il.

Vos commentaires

  • Le 8 octobre 2011 à 07:39, par Fab’ En réponse à : Tranches de quai

    Bonne nav :)