Accueil > Carnet de bord > Le voyage : Atlantique > Sartre avait donc raison …

Sartre avait donc raison …

mercredi 23 novembre 2011

Par Olivier, qui ne compte plus les degrés


Michel a pourtant raison : cette marina suit les mêmes règles qu’un camping ! Deux premières fois réunies ! Après les avoir évités toutes ses années, me voilà en vacances avec des bidochons. Je cherche frénétiquement Kador, mais malheureusement incompatible avec une vie sur un bateau..

Le bidochon naviguant est sympa ; à chaque arrivée ou départ, ils viennent proposer leur aide spontanément.

Le bidochon naviguant est un animal sociable. Qualité ou nécessité ? Quand on voyage plusieurs mois ou plusieurs années, il est nécessaire de s’échanger ses bons plans ou conseils.

Mais avant tout, le bidochon naviguant reste un gars du camping des flots bleus. Il est seul au monde. Le bateau en face du notre est arrivé vers 5h du matin en considérant qu’il amarrait sur une île déserte. Nos voisins ont organisé sur le ponton une petite soirée barbecue sans prévenir ; 20 adultes, 5 ou 8 enfants... Le tout à 1m de nous. Dans ce cas là, le bidochon naviguant - qui à notre place aurait gueulé, évite soigneusement tout contact visuel. Il nous aura quand même gratifié d’un "je savais bien que vous étiez de sortie ce soir" à notre départ et "j’espère que nous n’avons pas fais de bruit hier soir ?".

Heureusement que les exceptions existent. 4 norvégiens sont arrivés hier. Ils sont calmes, (trop) discrets et respectueux des autres. Ils se contentent depuis 24h de préparer leur bateau à la traversée sans communiquer avec nous. Nous les avons regardés passer à plusieurs reprises, éberlués par leur shorty rose qui dénotaient avec les bidochons naviguant et à remettre en question l’efficacité entre le sport en salle et sur un bateau.