Accueil > Carnet de bord > avant …

avant …

Dernier ajout : 15 mars 2011.

  • Le vrai prix d’un bateau

    15 mars 2011

    bel ami n’est pas penn gwen, mais la démonstration reste la même : entre le bateau "sortie usine" et le bateau "prêt à naviguer", il y a un fossé …
    A lire : P€NN GW€N - Le vrai prix du bateau

  • Retard à l’allumage

    25 février 2011

    L’installation devait se faire ce week-end sur le bateau. Finalement, ennuis de dernière minute, me voilà bloqué à Paris, pour je ne sais trop combien de temps.
    Ce n’est que partie remise, mais : fuck fuck fuck !

  • Trois ptits tours

    19 février 2011

    Parti à 5h de Paris, dans le brouillard, puis sous la pluie, j’arrive au Crouesty en même temps que le soleil … c’est forcément de bon augure pour la suite !
    En vrac, les photos, jetées là à mon retour à Paris … maintenant je vais fêter sa mise à l’eau :-)

  • Dernières heures

    14 février 2011

    A partir d’aujourd’hui, je compte les jours sur les doigts … d’une seule main. Réceptionné aujourd’hui, il sera (vraisemblablement) à l’eau dès vendredi samedi prochain.
    Il arrache, en blanc ;-)

  • Mais comment Fora Marine sélectionne-t-il ses revendeurs ?

    27 janvier 2011

    J’étais en train de terminer mon mail, repensant chaque tournure, chaque mot, pour lui donner le poids nécessaire, l’expression juste de ma colère. Au moment où j’allais appuyer sur le bouton "envoi", mon téléphone a sonné, c’était lui.
    Je l’ai accueilli froidement, il ne s’est rendu compte de rien, m’a posé la question qu’il avait en tête, et allait raccrocher quand je lui a signalé qu’il venait d’échapper à un mail très désagréable, avec copie au constructeur. Etonné, il a demandé des précisions, je lui ai (...)

  • Collector

    13 janvier 2011

    J’ai reçu tout à l’heure ce mail du chantier :
    Quelques mots pour vous faire part d’une information importante : face aux
    nombreuses commandes de 1060 (15 à ce jour), au cout financier et à
    l’encombrement que cela implique de garder un mannequin dans notre chantier,
    je vous annonce, malgré moi et à mon grand regret, que nous arrêtons la
    production du RM 10.50. Le votre sera donc le dernier, d’une longue et belle
    série, qui a fourni et fournira encore beaucoup de belles navigations à nos (...)

  • Dernière ligne droite

    13 janvier 2011

    Un mois avant la livraison du bateau par le chantier Fora Marine, c’est l’heure des dernières préparations et décisions.
    Pour les deux plus importantes ;-) :
    le nom : bel ami, confirmé
    la couleur : blanc (eh oui), liseré prune
    Il devrait donc ressembler à quelque chose comme ça :
    Me reste à choisir la police de caractère à utiliser pour le nom du bateau, j’hésite encore pour l’instant :

    Et puis bien sûr, l’équipement électronique. Il est presque finalisé, sa liste finale viendra ensuite (...)

  • Comparaison n’est pas raison mais …

    14 décembre 2010

    Mais à revoir, côte à côté, je suis vraiment content de mon choix du RM 1050 vs. RM 1060 :
    Depuis la descente :
    Bien sûr, le RM 1060 (photo du bas) a une meilleure hauteur sous barrot, qui se prolonge jusqu’au lit breton. Disparu donc l’angle vif qui a dû faire rougir quelques têtes sur le RM 10.50 ! La luminosité y gagne certainement autour de la table. Disparition également des deux coins carrés des cloisons verticales - même si une option extrêmement abordable permet sur le RM 1050 de les réduires (...)

  • L’heure des choix

    13 décembre 2010

    Le salon de Paris est terminé. C’était le moment idéal pour se renseigner sur les derniers équipements qui restaient quelques peu obscurs.
    Réveillé vendredi matin par un appel du chantier me demandant hic et nunc quel était mon choix pour la couleur de la coque, je peste intérieurement - mais pas seulement - contre mon revendeur, à qui je demande en vain les dates limites de décision depuis plus de deux mois ! Ma visite au salon l’après midi en est quelque peu bouleversée, plus occupée à discuter avec (...)

  • L’aventure, sans l’aventure

    22 novembre 2010

    Pendant longtemps, la seule idée de traverser les océans en solitaire me ramenait inexorablement à Bernard Moitessier et sa longue route. Littéralement parti du Vietnam avec sa bite et son couteau (et quand même, quelques kilos de riz), il savait tout juste où il allait, sans rien connaître des conditions de son voyage, ni de sa date d’arrivée. Seule certitude : ce ne serait pas particulièrement confortable, il serait en totale solitude, et il ne pouvait compter que sur lui même.
    Près d’un (...)

0 | 10