Accueil > Carnet de bord > Le voyage : Atlantique > Le Tenace - Journal de bord 18 janvier

Le Tenace - Journal de bord 18 janvier

jeudi 26 janvier 2012

Il était là depuis la veille après midi, je l’avais vu sur mon AIS : un voilier de 213" (environ 60m) qui se trainait (lamentablement) à 5 ou 6 nœuds pendant que j’enfilais les surfs à 9. Il était loin de moi, plus de 30 milles, je ne m’en suis pas inquiété quand la nuit est tombée.

Sous génois seul, bel ami a tracé son petit bonhomme de chemin et le petit matin s’est levé sous un ciel plombé, gris sur bâbord, tribord, poupe et proue. A voir les traces d’un gris foncé qui partaient de certains nuages vers la mer, il pleuvait un peu partout. J’étais entouré de grains.

Juste derrière moi, quelques milles à peine, j’aperçois enfin (encore !) mon voilier de 60 mètres ; c’est un trois mats, à voiles carrées, avec une superstructure, à l’arrière, assez imposante. Il me donne à penser qu’il est du XIXe.

Avec le vent qui se lève sous les grains, et qu’il touche avant moi, le voilà qui avance bien, d’une régularité de métronome d’après l’AIS, à 7 nœuds. bel ami hésite, selon les rafales et les vagues, entre 6.5 et 8, il faut donc pas loin de trois heures pour me faire dépasser.

Vaisseau rattrapé, je sais que j’ai la liberté de mes manœuvres, mais vaisseau léger et manœuvrable, je me sens obligé de les coordonner avec la grosse barque derrière moi. Je sors mon plus bel anglais, le micro de la VHF (la radio), et c’est parti.

Je vous passe la conversation (en anglais bien sûr), qui n’avait pour seul but de vérifier, le Tenacious tenant apparemment à me doubler par l’arrière, que je pouvais abattre d’une quinzaine de degré pour éviter la trajectoire d’un gros grain, lui rendant par la même la tâche plus compliquée.

Obligeant, le capitaine (?) m’a laissé faire à ma guise, et j’ai fini par être dépassé quelques dizaines de minutes plus tard.

Las, toujours dans les grains, devant derrière et sur les côtés, bel ami se révèle plus prompt à saluer les sautes de vent que la lourde barcasse. De rattrapé je me fais bientôt rattrapant, alors que les deux voiliers, l’un près de sept fois plus long que l’autre, ont pratiquement le même cap, et la même vitesse.

On va la faire brève, hein ? Disons que ça a duré pas mal de temps, toute la journée, ce petit jeu du chat et de la souris, moi tirant des bords assez larges, à la fois pour me freiner en vitesse relative, et pour m’écarter de lui ; lui traçant sa route imperturbablement, avec seules quelques modifications du cap en fonction des fréquents changements de direction du vent. Au moment de me préparer pour la nuit, il n’était encore qu’à deux milles devant moi, mais je savais que je ne le reverrais pas, sous-toilé comme j’étais pour la nuit.

Bref, une journée compliquée avec un voilier qui m’a empêché d’aller comme je voulais ; grise et pluvieuse, avec peut être une dizaine de grains qu’il fallait esquiver à chaque fois, autant que possible ; la fatigue qui commence à se faire sentir (je n’ai dormi que 4h la nuit dernière, et ma journée aura duré plus de 20h) ; une belle et vraie journée de merde.

Seul vrai rayon de soleil, il est apparu vers 22h, quand face à une n-ième saute de vent (s’établissant cette fois presque nord), j’ai rappelé le Tenacious pour lui demander la météo ; et que de sa voix toujours aussi charmante (un hollandais, je dirais), le capitaine a commencé par vérifier les prévisions qu’il utilisait, puis, de son propre chef, m’a fait patienter cinq minutes pour pouvoir me donner les prévisions les plus à jour. 

Merci Cap’tain !

Vos commentaires

  • Le 27 janvier 2012 à 09:52, par jpla En réponse à : Le Tenace - Journal de bord 18 janvier

  • Le 27 janvier 2012 à 15:58, par henri En réponse à : Le Tenace - Journal de bord 18 janvier

    Oui exactement ! Et d’après sa fiche, il n’a rien d’ancien : construit dans les années 1990 spécifiquement pour naviguer avec des personnes à mobilité réduite (source)

  • Le 28 janvier 2012 à 22:58, par jpla En réponse à : Le Tenace - Journal de bord 18 janvier

    Et as-tu compté les bateaux entre Cap Vert et Martinique ?

    Combien vus de visu avec tes yeux (comme le Tenacious) ?
    Combien vus sur l’AIS ?

  • Le 29 janvier 2012 à 12:12, par Fab’ En réponse à : Le Tenace - Journal de bord 18 janvier

    C’est bien la peine d’aller au milieu de l’Atlantique et ne pas pouvoir être en paix :p

  • Le 29 janvier 2012 à 23:58, par henri En réponse à : Le Tenace - Journal de bord 18 janvier

    tu m’excuseras, mais deux bateaux à moins de 200 m, en trois semaines, ça n’est quand même pas le Bol d’Or ;-)

  • Le 30 janvier 2012 à 00:02, par henri En réponse à : Le Tenace - Journal de bord 18 janvier

    Le Tenace, ci dessus ; le Begonia, un Fontaine Pajot d’américains ; plus LOL, des français qui sont rentrés à Mindelo 24h après leur départ, voilà pour ceux "vus en live".

    A l’AIS, en plus de ces trois là, deux cargos, et un pêcheur (japonais ou chinois, je ne sais pas). Sans compter le voilier de 113" qui m’a dépassé à une quinzaine de mille, au double de ma vitesse :-)

    Sinon, kapouik. Je m’attendais à avoir plein de cibles entre la Barbade et Martinique, mais rien … même ma dernière nuit a été très tranquille.