Accueil > Carnet de bord > Le voyage : Atlantique > La coupe est pleine

La coupe est pleine

mercredi 30 novembre 2011

Par Olivier, débordant …


Ça y est ! Avec un peu de retard dû à la grippe d’Henri, nous quittons la marina de Mindelo, en direction de l’île de Sao Nicolo. Le voyage étant trop long, nous passerons la nuit au large du village de Sao Pedro et de l’aéroport. Ce premier trajet se passe sans trop de problème, je suis quelque peu nauséeux mais Henri annonce que c’est parfaitement normal et qu’après la nuit au mouillage tout ira bien.

Malgré des pâtes froides cuisinées par Michel, cette soirée à été formidable. Cette baie encaissée entre deux falaises avec une vue sur le petit village de pêcheurs est superbe. Nous avons pu prendre quelques excellentes photos et profiter d’un superbe ciel étoilée.

La journée du lendemain a mal commencé avec un réveil à 6 h. Après un rapide petit-déjeuner, Bel ami quitte doucement la baie. Les 30 premières minutes se passe à merveille, moi torse nu enduit de crème solaire pour profiter pleinement du beau temps.

Hélas, le plaisir fut de courte durée. Tel un gamin mal élevé, bel ami, surexcité, décide d’en faire qu’à sa tête. Il change d’allure sans prévenir, saute de vagues en vagues, avance à contre courant et semble mettre un poing d’honneur à rester instable.

Après 30 min de calme, je suis malade pendant les 11 h qui ont suivi. Fort de ma longue expérience hebdomadaire en gueules de bois, je reconnais les symptômes. Quand je suis nauséeux, je m’allonge et dors. Au réveil, je sors et attends les suées. Dès qu’elles arrivent, je m’installe confortablement en tailleur aux bastingages et vomit. Henri décide de retourner à Mindelo après le premier vomi, toutefois je renouvelle l’expérience à 4 reprises.

Henri conclut la journée par un "je savais que cela existait mais je n’avais jamais connu quelqu’un de malade pendant toute une traversée".