Accueil > Carnet de bord > Prise en main > Hostellerie bel ami #3

Hostellerie bel ami #3

vendredi 13 mai 2011

Dernière ligne droite du séjour de Marge

9ème jour - mardi
Après une journée de farniente, la reprise se fait en douceur : petit temps, 50 % au moteur, coups de soleil.


Les conditions sont idéales pour étrenner le matériel de pêche. Bingo, une touche. Aïe, nous aurions dû vérifier sur l’étiquette qu’il s’agissait de matériel pour attraper du poisson vivant... La pauvre bête (grand "bec" plein de dents : un petit espadon ?) à l’odeur très prononcée, que nous découvrons crochetée et toute entortillée dans la ligne, n’est visiblement plus très fraîche !

10ème jour - mercredi
La journée débute toute à l’envers : Potiche est à la manœuvre, ’pitaine fait la potiche,
bel ami établit un nouveau record de vitesse : 0 nœud en navigation !
Grâce à de savants calculs et des indications très techniques, nous évitons la zone de tirs militaires. Quoique, être survolé par plusieurs Top Gun génère de vagues inquiétudes sur la précision du périmètre...
En début de soirée, amarrage au mouillage (du 1er coup !) à l’extérieur du port de Sauzon : ça a l’air tranquille. [1]
Beaucoup d’espace, du temps libre, c’est l’occasion de tester la sortie de l’annexe avec son moteur. Attention, l’exercice impose d’être réalisé dans les conditions d’une navigation en solo. Heureusement, bel ami dispose de 2 ingénieux ingénieurs pour concevoir une manœuvre logique, pratique et fluide : plusieurs accidents évités de justesse, des fous rires à répétition, l’attention et l’incompréhension de toute la baie. Bientôt, l’annexe est à l’eau, le moteur fixé, mais pas vraiment en solo, donc à refaire demain. On a déjà réfléchi à une autre solution encore plus ingénieuse...

11ème jour - jeudi
Qui a eu l’idée saugrenue de mouiller devant la jetée ? Qui a été assez folle pour l’encourager ? Nuit de ballottage, grincements, couinements, clapotis... Laissez-moi dormir ! Au réveil, le vieux loup de mer amarré à la bouée d’à côté rigole doucement de nos mines enfarinées.


Nous testons une nouvelle formule d’installation de Titine [2], grâce à un système complexe de palans sur le portique : y’a du mieux, mais il faudra prévoir de nombreux essais avant de certifier la manœuvre sans risque de blessure pour l’équipage et de noyade pour le moteur. Au cas où, il reste une troisième ingénieuse solution qui n’a pas été testée...

12ème jour - vendredi
bel ami a rejoint Le Crouesty, son port d’attache. Journée de ménage, réglages et courses.


Le bateau manque décidément d’un taud, qui lui sera encore plus nécessaire à l’approche des Antilles. La boutique face au port propose une affaire en or pour un modèle de fin de série. La séance d’essayage du taud à voilette est sans appel : le modèle est adapté, la couleur (bleu) jure avec le gréement, l’installation d’un taud est presque aussi drôle que la mise à l’eau d’une annexe ! Reste donc seulement à choisir : vaut-il mieux un bateau monochrome donc un peu ennuyeux ou un mélange de couleurs pas toujours harmonieuses ?

Dernier jour - samedi
Débarquement officiel et retour au bercail pour Marge.
Conseil aux prochains équipiers : ne vous faites pas avoir, le carnet de bord n’est pas nécessaire. Il a fallu que je sue sur ce dernier post pour m’entendre dire : "Je t’ai demandé une contribution pour mon blog, je me serais contenté d’un bref article" ! Pffff....

Notes

[1cf. le 11ème jour pour vous faire une opinion...

[2Le ’pitaine a baptisé ses amis imaginaires auxquels il s’adresse régulièrement : Coco le pilote automatique, Cocotte l’éolienne et Titine l’annexe. Pris dans l’ambiance, vous vous retrouvez rapidement à parler à Poulette... l’échelle rabattable !

Vos commentaires

  • Le 19 mai 2011 à 10:40, par henri En réponse à : Hostellerie bel ami #3

    Note aux équipiers futurs : non, tenir le blog au quotidien n’est pas nécessaire. Marge m’aura mal compris, peut être de la même manière qu’elle a cru que "pêcher" signifiait laisser un pauvre poisson se planter 5 hameçons dans le corps et se faire un nœud coulant avec la ligne … allez savoir, mais je la soupçonne d’être vaguement sado-masochiste ;-)

    Bref, oui, je trouve l’idée bonne que les équipiers prennent la plume au moins une fois pour donner leur vision, forcément différente de la mienne, sur un moment plus ou moins long de leur séjour :)