Accueil > Carnet de bord > Le voyage : les Antilles > Done !

Done !

lundi 30 janvier 2012

Voilà. Pas de reprise de journal de bord pour les quelques derniers jours, ça serait trop long.
Trop long de raconter le stress induit par une météo assez imprécise (Pas de la faute de Tao qui, décidément gentiment, m’appelait tous les jours pour prendre ma position ; mais celle que leur donnait MaxSea, qui n’a jamais correspondu aux conditions rencontrées), les trois dernières journées à courrir après le moindre mille, à hisser la grand voile dès le jour levé, sans attendre la fin des grains, guetter la moindre survente, le doigt sur l’écoute, près à tout lâcher ; les embardées mal contrôlées par le pilote dans cette mer formée, croisée, pyramidale.
Trop long de raconter l’évolution heure par heure de l’ETA [1] donnée par le GPS, qui évoluait avec chaque évolution du vent : dix degrés vers l’est, une heure de perdue ; dix degrés vers le nord, une heure de gagné !

Non, il faudrait que je tire un bilan, forcément, c’est bien ça qu’on fait habituellement, non ?

Un bilan perso ? Facile.
Avec ce bateau, ces conditions (2/3 de la traversée à moins de 15 noeuds), c’était tout confort. Le bateau roulait somme toutes assez peu, le pilote faisait très bien son travail, j’ai pu faire des nuits (presques) complètes.
Et le temps est passé très vite, du moins jusqu’à ce que l’arrivée se précise, et que le décompte des dernières dizaines de milles vienne perturber le rythme qui s’était naturellement mis en place. La mer est belle, vivante, on ne s’y ennuie jamais.
Je n’ai pas l’impression de l’épreuve du siècle ; j’ai bien conscience que si, pour moi, il s’agit d’une épopée passablement banale à force de côtoyer des personnes qui ont toutes le même projet, j’ai malgré tout réalisé quelque chose de peu banal. J’en suis content et, oui, quelques peu fier.

Un bilan pour le bateau ? Là c’est plus compliqué.
Autant j’ai peu à dire sur le bateau en tant que tel, le RM 1050 est vraiment un bateau de voyage idéal, solide, sécurisant, fiable.
Mais en même temps, je ne pourrais faire l’impasse sur le bilan du processus d’achat, et donc de la relation qui s’est mise en place avec le concessionnaire RM du Crouesty, et le bilan de ses prestations dont l’impact se fait encore sentir aujourd’hui. Et là il y a beaucoup à dire, le bilan est très largement, pour ne pas dire totalement négatif de mon côté.
J’y reviendrai bien sûr, ne serait-ce que parce que mon expérience pourrait certainement servir à d’autres.

Mais pour l’instant, et depuis une semaine, je profite du mouillage de Ste Anne, sans autre projet que profiter de la journée qui se lève.

Et c’est déjà bien suffisant !

Notes

[1Estimated Time of Arrival // Heure Estimée d’Arrivée

Vos commentaires

  • Le 31 janvier 2012 à 08:05, par Fab’ En réponse à : Done !

    Tu peux être fier. Ce n’est effectivement pas banal et c’est même très impressionnant pour la plupart d’entre nous.

  • Le 4 février 2012 à 15:40, par Rouge-cerise En réponse à : Done !

    Bien suffisant ? largement même ! Bravo pour cette traversée qui, pour moi qui suit devant mon écran, est une épopée qui fait rêver. Quel est le prochain cap ?

  • Le 4 février 2012 à 21:55, par henri En réponse à : Done !

    Pas de cap en vue pour l’instant, en fait on parle plutôt des chenaux entre les îles, qui sont presque plus redoutables : le vent s’engouffre, et par un effet venturi peut monter à plus de 150% du vent existant, parfois 30, 35 ou même 40 nœuds.

    Prochain chenal : probablement celui entre Martinique et Dominique, il paraît que les rastas là bas y sont super sympas !