Accueil > Carnet de bord > avant … > Comparaison n’est pas raison mais …

Comparaison n’est pas raison mais …

mardi 14 décembre 2010

Mais à revoir, côte à côté, je suis vraiment content de mon choix du RM 1050 vs. RM 1060 :

Depuis la descente :


Bien sûr, le RM 1060 (photo du bas) a une meilleure hauteur sous barrot, qui se prolonge jusqu’au lit breton. Disparu donc l’angle vif qui a dû faire rougir quelques têtes sur le RM 10.50 ! La luminosité y gagne certainement autour de la table. Disparition également des deux coins carrés des cloisons verticales - même si une option extrêmement abordable permet sur le RM 1050 de les réduires en 2 angles de 45°.
Mais cette configuration fait perdre l’un des éléments différentiateurs du RM 10.50, un grand atout en navigation : la vue directe, depuis la table à carte, sur le génois et la grand voile ; qui évite donc de sortir les vérifier.

Coin cuisine :


Coins arrondis également sur le RM 1060 (photo du bas), et apparition d’une prise 220V, certainement bien pratique au port.
Mais on note la perte d’une porte de placard côté table à carte ("en bas" de la photo), où il ne reste plus qu’un demi-placard, remplacé par un placard coulissant, en bout de U, que j’aurais tendance à trouver moins pratique. Sur le même meuble, l’ouverture pour le sac poubelle passe par pertes et profits également.
Disparition également du placard se trouvant à gauche de la cuisinière

Table à cartes :


Coins arrondis également, bien sûr, sur le RM 1060. Mais on notera surtout la disparition du pied support de la TàC, qui contenait également un placard sur le 1050 ; tout comme la cloison de séparation avec le carré, qui permettait le support d’électronique, en fournissant la aussi un "fourre-tout" vertical bien pratique.
Le tabouret perd son dossier (et voit probablement le placard qui était dans son dos réduit à sa plus fine expression sur le RM 1060), ainsi que le coffre servant d’assise, qui apparemment loge deux coupe-circuits. (Au passage, il semblerait bien que la mousse du siège ait diminué de moitié … )
Par contre, le RM 1060 gagne une plaque inox sous les pieds (!?), et une meilleure protection du tableau électrique apparemment.

Le carré et lit breton :


Dans le carré, plus de cadène de hauban sur les couchettes de mer, ce qui les rendra sans nul doute plus facile d’accès ; suppression du bout de banquette devant le lit breton, ce qui améliorera notablement la circulation autour de la table. Il y a plus de lumières (au moins 3 pour chaque couchette), en LED d’origine visiblement.
Dans le lit breton, il semble que les équipets (presque) fermés ait disparu.

Il paraît, d’après les premiers milles sous voiles, que le 1060 est un très bon marcheur, bien meilleur encore que le RM 10.50. Le RM 1060 est incontestablement mieux fini, ne présente plus de vis apparentes, très peu d’angles vifs, et arbore des couleurs et matériaux certainement plus dans l’air du temps.
Il perd pour cela de nombreux placards et idées pratiques, et son côté justement minimaliste, rustique d’iront d’autres, qui allait si bien à son grand frère et son image de formidable voilier de voyage.

Son intérieur suit la tendance de ses lignes : il rentre un peu plus dans le moule, gardant cependant suffisamment de son adn pour être différent du gros de la production actuelle.

Fora semble avoir appliqué la même recette marketing que l’industrie automobile : quand un modèle fonctionne bien, on le fait évoluer en douceur, et monter en gamme. C’est un choix apparemment réussi, puisqu’en "embourgeoisant" son best-seller, Fora aurait déjà réussi, en moins de 3 mois, à le vendre à 12 exemplaires.

Vos commentaires