Accueil > Carnet de bord > Le voyage : Atlantique > 9e jour : Le repos du marin

9e jour : Le repos du marin

mercredi 30 novembre 2011

Par Michel, à court de photos


D’un accord commun et tacite la journée sera calme et tranquille, les principales tâches obligatoires de la journée étant de se ré-enregistrer à la marina pour obtenir la fameuse carte à puce qui permet d’accéder au confort (relatif) des sanitaires collectifs, et de rééquiper le bateau pour lui rendre son statut de palace flottant. Aux nombreux plaisanciers étonnés de nous voir si vite de retour, Captain Henri explique fièrement (a croire qu’il l’a fait exprès) que ses deux passagers ayant été malades sur l’eau, il a préféré revenir plus tôt.NDR : ceci est très exagéré, le deuxième passager a juste vomi son petit déjeuner en milieu d’après midi. D’ailleurs Olivier, par précaution, se bourre d’antinauséeux (que ne l’a t-il fait la veille ?).

Captain Henri profite de la présence de deux (brillants) ingénieurs à son bord pour essayer de comprendre pourquoi son hydrogenerateur ne fonctionne pas. Après une lecture des schémas électriques et quelques mesures à l’ampèremètre, le diagnostic tombe : il fonctionne, c’est probablement le câblage électrique du bateau qui est défectueux.(NDR : au prix des bateaux, on serait au moins en droit de s’attendre à ce qu’ils soient montés convenablement). Captain Henri devra reprendre une partie des câblages à fond de cale avant de tenter sa grande traversée pour pouvoir utiliser ses ordinateurs de bord sans crainte de manquer d’énergie.

Notre nouvelle position de parking à la marina nous expose à une vie sociale bien plus intense. Elle nous inflige aussi de nouveaux bruits, en particulier le grincement des ponts roulants qui relient les diverses parties des pontons flottants. Nous avons quitté le quartier des Dupont Lajoie pour nous retrouver mélangés avec des suisses, allemands, américains, russes et autres équipages cosmopolites et intéressants. Les journées passent vite à ne rien faire : tentative de wifi à l’alliance française : caramba, encore raté.. Tentative de confirmation des billets de retour : idem, l’agence TAP est fermée pour le weekend end (nous sommes déjà samedi). Tentative d’aller boire un verre au bar de la Marina : enfin une action qui réussit. Nous lions la conversation avec divers plaisanciers qui se préparent à la grande traversée,qui vers les Antilles, qui vers le Brésil..ils ambitionnent tous d’être arrivés pour les fêtes d’année. La marina se vide rapidement, des convois entiers larguant les amarres pour la grande aventure. Le soir venant, il est temps d’aller se faire quelques pointes de pizzas dans le bar branchouille avant d’aller boire un verre de grogue et de finir sur bel ami devant une bonne bouteille de whisky. Hélas nous sommes samedi soir, et la boite de nuit en plein air qui domine le port fera de nouveau du bruit jusque pas d’heure, histoire de nous faire regretter la nuit au mouillage.