Accueil > Carnet de bord > Le voyage : Atlantique > 7e jour : La croisière s’amuse

7e jour : La croisière s’amuse

mardi 29 novembre 2011

Par Michel, ému


Lever tôt donc, Totonne doit venir nous chercher à 7h45 pour nous ramener à Porto Novo prendre le ferry de 10h. De toutes façons ça tombe bien, la nuit a été difficile, le repas d’hier ayant été un peu trop riche, et les matelas durs et inconfortables nous font regretter le doux balancement de bel ami. Totonne arrive à l’heure exacte, fait un peu de ramassage scolaire pour remplir son aluguer, et nous voici sur la route côtière, en partie neuve et goudronnée (si, si ..incroyable, il y a même deux tunnels), une route qui sans être aussi spectaculaire que les routes d’altitude nous permet de voir l’île sous de nouveaux aspects. Nous voici de retour au port, et le temps des adieux est arrivé. L’émotion est palpable, mais il nous faut partir, car le programme de la journée est chargé, nous devons embarquer sur bel ami pour une expédition de 4 jours vers l’île de Sao Nicolau. Et avant de quitter le port, il nous faut faire l’approvisionnement en nourritures fraîches, récupérer les papiers du bateau à la capitainerie, nous enregistrer nous même sur le bateau, et préparer le bateau qui va quitter son statut de palace flottant pour devenir un fier véhicule autonome capable de braver les éléments.

Après un nouveau repas à l’alliance française (cette fois le wifi marchait), nous voici prêts pour l’aventure. Prudemment, Captain Henri a prévu une premier étape courte(2h de navigation sous allure portante avant d’aller mouiller face à Sao Paulo, un village de pêcheurs près de la piste d’aéroport de Sao Vincente que nous avions déjà vu depuis la terre lors de notre visite de l’île avec José quelques jours avant. La météo est bonne, le vent est régulier, nous utilisons une voilure réduite. Nous lançons l’ancre près de quelques bateaux de pêche traditionnelle, et nous nous préparons à passer une nuit en mer, après un diner simple en musique, en appréciant l’obscurité et le silence (à part trois avions) loin de la marina. Le ciel est étoilé. Demain la traversée sera plus longue et difficile, et nous anticipons que nous devrons lever l’ancre tôt si nous ne voulons pas arriver de nuit.